Pour une humanité respectueuse du vivant
Partager

Avec du retard sur les autres crises environnementales, la crise de la biodiversité est en train de prendre sa
place dans la conscience collective. Les interventions humaines massives modifiant la faune et la flore conduisent à des déséquilibres destructeurs. Nous sommes entrés dans une nouvelle ère de destruction des espèces. Ce début de conscience se heurte cependant à des systèmes solidement installés. Sujet très difficile, qui concerne un nombre grandissant de territoires. Il existe pourtant des moyens de résoudre le conflit et de réconcilier les gens et le vivant. Il faut mettre autour de la table l’ensemble des parties prenantes.